La révolution des bières en canette

Il y a fort à parier que vous ne consommez jamais de bière en canette. Elles sont souvent associées aux grands noms du marché de la bière industrielle, et davantage synonyme de commodité que de qualité. Et pourtant la révolution de la canette est bien en marche.

  1. La conservation de la bière

Avant de nous étendre sur les canettes, revenons un instant sur les bases de la conservation de la bière. Comme tous les autres consommables, boissons comme aliments, la bière évolue en fonction du temps. Ses deux ennemis principaux sont la chaleur et la lumière. Le houblon étant photosensible, cette dernière joue même un rôle important sur l’évolution du goût. Ce n’est donc pas par hasard que les bouteilles de bière sont de couleur verte/brun foncé pour filtrer un maximum la lumière. En attendant, bien qu’elle ne périme pas, elle possède une DLUO (date limite d’utilisation optimale).  

Dans les années 1650 jusqu’au milieu du XIXème siècle, la bière – difficile à déplacer – était de manière générale consommée directement à la brasserie. De plus, la fermentation basse n’existait pas, et les brasseurs avaient du mal à conserver la bière pour une longue durée. Il était donc plus simple de la vendre directement sur place. C’est à partir de 1850 avec la Révolution Industrielle que les brasseurs purent profiter du progrès général des techniques. Ainsi, l’invention de la fermentation basse permit la production d’une bière de meilleure qualité, plus résistante à l’apparition des bactéries et donc pouvant se conserver plus longtemps.

Aujourd’hui, et depuis la seconde moitié du XVIIème siècle, le moyen de conservation de la bière le plus courant est la mise en bouteille. 

  1. Le retour de la canette avec le mouvement craft

Mettre en canette est un procédé qui coûte cher et était avant affaire de grands brasseurs. Souvent considérée comme “bas de gamme”, elle ne représente que 34% de la bière vendue en France en 2012. (Rapport annuel du groupement de fabricant BCME). La bière en canette souffre surtout de l’idée reçue qu’il y a une différence de goût. Pourtant, elles sont identiques. Pour l’anecdote, lorsque de la bière est produite, on ne sait pas encore si elle sera mise en bouteille ou en canette. C’est une question de CO2, car contrairement à la bouteille, la canette ne permet aucune oxydation. Il y a moins de CO2 dans une canette et donc la sensation au moment de la boire sera légèrement différente. Il s’agit d’un problème d’image que le mouvement des bières artisanales va modifier.

Pour comprendre l’origine des “crafts beers” il faut remonter dans les années 1980, jusqu’à la Révolution Brassicole qui prend place aux États-Unis. À l’époque, les américains, lassés par les bières sans saveur et de piètre qualité que proposent les grands groupes industriels, décident de produire leur propre bière artisanale. Fiers de leurs bières faites maison, certains décident d’ouvrir leur propre brasserie. Aujourd’hui la “craft beer” représente 12% des bières vendues aux États-Unis et le pays compte près de 4000 brasseries. La première “craft beer” produite en cannette fut une Dale’s Pale Ale de la brasserie Oskar Blues Brewery. Encanée en 2002, elle inspira un grand nombre de brasseurs qui dès l’année suivante commencèrent à distribuer de la bière artisanale en canette. Désormais, 10% des brasseries artisanales conditionnent au moins une de leur bière en canette.

  1. Les avantages de la canette

La canette possède un grand nombre d’avantages que la bouteille ne peut que lui envier. Contrairement aux bouteilles en verre, les canettes bloquent 100% des rayons UV, et sont entièrement étanche contrairement aux capsules, ce qui permet d’empêcher toute fuite de gaz. Complètement isolée, la bière et ses arômes sont parfaitement conservés.  Il est important de mentionner l’impact environnemental. Les canettes qui sont en aluminium demandent beaucoup moins d’énergie à produire que le verre et sont 100% recyclables à condition d’être trié correctement.

D’un point de vue pratique, qui n’a jamais cassé une bouteille en verre ? Il suffit qu’elle vous échappe des mains pour qu’elle vienne se briser en milles morceaux sur le sol. Et personne n’a envie de ramasser les bouts de verres et de passer la serpillère en milieu de soirée, que ce soit chez soi ou dans un bar. Petit plus, les canettes en aluminum refroidissent plus vite que les bouteilles en verre. Quelques minutes passées dans un bac d’eau fraîche seront suffisant pour profiter d’une bière bien fraîche.  

Et pour ceux qui affirment que la canette donne un goût métallique à la bière, sachez que l’aluminium est recouvert d’une fine couche de polymer coating, qui empêche que le liquide entre directement en contact avec le métal. Tandis que vos lèvres, elles, entrent en contact avec les bords de la canette et goûtent le métal – duh. Heureusement, nous sommes tous d’accord pour dire qu’une bière est bien meilleure lorsqu’elle est versée et consommé dans verre.