L’évolution des bars parisiens

Les bistrots ont toujours été un synonyme de Paris et un emblème de la vie française. Et pourtant, il s’agit désormais d’une espèce en voie de disparition avec 500 bar-cafés qui ferment leurs portes chaque année. Aujourd’hui, les parisiens désertent les bistrots de quartier pour se retrouver dans des lieux uniques, bien loin des nappes en vichy.     

  1. Les bistrots parisiens

Le bistrot est par définition à la fois un café, un débit de boissons et un restaurant. Il trouve ses origines à l’époque de la Révolution industrielle et la montée des Auvergnats à Paris au XIXème siècle. Les bistrots rassemblent tous les mêmes caractéristiques/éléments : le bar en zinc, une machine à café, des tireuses à bière et toujours les symboliques tables en bois et chaises en osier qui datent du début du siècle dernier.

On y retrouve toujours les vieux habitués du quartier, des piliers de bars, des touristes, et des hommes d’affaires sortis du bureau le temps d’une pause-café. Et comme ses clients, les produits/les plats proposés eux non plus n’ont pas changé.

Certains bistrots survivent tout de même tellement ils sont ancrés dans le patrimoine français et expriment son héritage gastronomique. Malheureusement, on y trouvera davantage de touristes à la recherche de clichés parisiens, qu’ils parviennent à retrouver dans ces lieux emblématiques.

  1. Un problème d’adaptation

Dans un premier temps, il est facile d’associer les bistrots à l’ancienne génération de Français qui a vécu la majeure partie de sa vie sans internet. Alors pas facile pour les gérants de cette époque de comprendre et de répondre aux attentes des jeunes clients actuels qui ne fréquentent pas leurs établissements.

Inutile de nier l’aspect hyper-connecté des individus et la nouvelle facette du marketing et de la communication d’aujourd’hui. Tout passe par les réseaux sociaux : les restaurants ont leur page Facebook, on indique les lieux qu’on côtoie en postant des photos sur Instagram. On crée un système de partage et demain on ira essayer le dernier bar qu’on a découvert sur Firsty. Si les patrons de bar ne peuvent pas s’adapter à ce nouveau système – qui, au final, n’est qu’une version 2.0 du bouche-à-oreille – ils sont voués à disparaître.

Dans un second temps, on ne sort plus pour juste sortir. Aujourd’hui, nous sommes constamment à la poursuite d’innovation, que ce soit en découvrant un produit particulier, un type de cuisine exotique ou une ambiance originale. Les bistrots sont trop ordinaires. C’est le même croque-monsieur, le même tartare et la même boule de glace à la vanille que vous trouverez toujours sur leur carte. Ils vous proposeront tout sauf le plat que vous avez vraiment envie d’essayer. Celui que vous n’avez pas encore goûté.

  1. Un mode de vie qui a changé

Le mode de vie des parisiens a évolué et ce qu’ils recherchent et ce qui les stimulent aussi. Le XXIème siècle est basé sur un désir de nouveauté. On veut casser la routine et vivre le plus de nouvelles expériences possibles.

Le bistrot, on s’en est lassé. Maintenant, on veut s’aventurer dans un lieu original, parfois caché pour donner un côté mystérieux, souvent avec une décoration atypique qui s’inspire d’endroits inatteignables. On est en quête d’une ambiance particulière, chill, chic, parfois sophistiquée, toujours pour correspondre à une envie éphémère. On cherche des concepts qui nous font voyager et qui nous permettent de se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre le temps d’une nuit. On veut vivre une expérience gustative, découvrir de nouvelles saveurs et des produits uniques. On veut découvrir l’inconnu.  

Et heureusement, certains l’ont très bien compris et Paris s’est rempli de nouveaux bars qui se démarquent par leurs concepts atypiques et leurs sélections de produits uniques. Ces établissements ont su tirer à profit l’essor de la mixologie et le renouvellement de certains produits – comme l’absinthe – pour proposer aux consommateurs des expériences inédites.

  1. De nouvelles expériences

Pour les amateurs de mousse, par exemple, qui ne supportent plus de boire toujours la même 1664, aujourd’hui la bière s’est élevée. Entre bières artisanales et bières étrangères, désormais on apprend à la déguster dans des bars spécialisés, comme le Brewberry, qui proposent une large sélection de références que vous ne trouverez pas au bistrot. Terminé la pinte de blonde sans nom et sans goût.

Pour ceux qui veulent s’initier à l’art de la mixologie et qui sont à la recherche de nouvelles saveurs exotiques, des bars à cocktails comme Monsieur Antoine proposent des créations introuvables ailleurs. Vous pourrez goûter chez ce dernier un cocktail à base de sel grillon – oui, oui, l’insecte.  Terminé le mojito coupé à l’eau.

Et pour ceux qui cherchent à vraiment sortir de la routine c’est au Wall Street Pigalle qu’il faut aller. Devenez trader le temps d’une soirée dans ce bar où toutes les 100 secondes les prix de des boissons de la carte changent comme le cours de la bourse. Terminé le PMU à l’ambiance un peu sordide.

Alors effet de mode ou transformation inévitable ? Tandis que les bistrots cherchent encore comment s’adapter, l’écart se creuse entre eux et les nouveaux bars parisiens. Nous on vous conseille d’aller faire votre propre avis avec Firsty. Choisissez parmis une sélection de bars authentiques et de qualité, et la première boisson est toujours offerte.

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ.