Boire à 18 vs. boire à 25

Malheureusement, qu’on veuille le reconnaître ou non, boire quand on a 25 ans ce n’est pas pareil que boire quand on en a 18. Notre corps change, nos responsabilités aussi et même les raisons qui nous poussaient à boire ne sont plus les mêmes qu’à l’époque. Devenons-nous vieux ou juste adultes ?

“Une gueule de bois ?”
18 ans, c’est un peu l’âge où tout nous paraît possible et sans conséquences. Boire de l’alcool est synonyme de soirées le samedi dans les appartements les uns des autres pendant que les parents sont partis en vacances. Ces soirées sont l’épicentre de la vie sociale, lieu de rencontres et de ragots, ou en d’autres mots on y va surtout pour pécho’. À cette âge l’alcool reste encore un mystère et rares sont encore les fois où on se motive à aller essayer des bars à bières ou à cocktails. Ces soirées se font souvent à coups de tek-pafs, de mélanges vodka/jus d’orange, ou de mauvais vins à moins de cinq euros, toujours bus dans des gobelets en plastique. On joue à des jeux d’alcool comme ‘Je n’ai jamais’ ou ‘Action ou vérité’ en grignotant des chips Monster Munch et des bonbons Haribo. On boit comme des trous, on teste nos limites, on apprend à nos dépends que “L’eau c’est la vie.” et quand vient le lendemain, après quelques essais, on parvient à se réveiller frais et hungover-free. Et si ce n’est pas le cas, au moins on peut toujours rester au lit.

“Je ne toucherai plus jamais à l’alcool de ma vie.”
25 ans, c’est moment où on se pose dans notre vie. On termine nos études, on emménage dans notre premier appart’, on commence une relation sérieuse, et on évolue professionnellement. Pour résumer, on a de vraies responsabilités. Alors forcément on a moins de temps pour les potes, et hors de question de se mettre une mine un soir de semaine. Impossible d’aller bosser avec une gueule de bois. Heureusement, ça ne nous empêche pas de retrouver les amis de temps en temps pour aller s’imbiber d’alcool autour d’apéro’ et de quelques bouteilles de vins. Les lendemains sont par contre plus compliqués, du moment où vous ouvrez les yeux pleins de regrets en vous demandant quand est-ce que c’est devenu aussi difficile de se remettre d’une cuite. Jusqu’à la réalisation que vous devez toujours être l’adulte que vous êtes aujourd’hui et que vous ne pourrez pas échapper aux déjeuner avec les parents de votre copain/copine.

Il existe quand même des avantages. L’indépendance qui va avec le fait de ne plus avoir à rendre de compte à personne quand on veut sortir. Nos goûts s’améliorent et on sait enfin apprécier le bon vin, les bons cocktails, et savoir qu’on aura plus jamais à se satisfaire d’un multi-fruit/vodka.

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ.